Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

03/11/2008

Go Vancouverite, let's scream!

Ambiance des spectacles

GMP.JPGUne petite précision, qui dit stade ne dit pas forcément "football";-).

Après deux concerts et un match de hockey, deuxième division, je dresse un constat qui, à mon sens, est fondé et demeure propre à mon expérience, sans pour autant émettre un jugement. Les Belges savent participer aux manifestations, culturelles ou sportives, auxquelles ils prennent part, et les Vancouvérois nettement moins ou plutôt à leur façon! C'est-à-dire avec une pudeur quasi dérangeante aux yeux d'une belge qui a pour habitude d'entendre les gens crier, sortir de leur statut de spectateurs et devenir eux-mêmes. Bien que cela s'explique par nos différences de cultures, tant entre Vancouver et la Belgique, qu'avec la province du Québec qui se rapproche davantage de nos traditions, j'ai néanmoins envie de partager mon sentiment à ce propos.


Janet.JPGMercredi 10 septembre, j'étais excitée à l'idée de revoir Janet Jackson. Première constatation, il ne faut pas se précipiter au lieu du concert vu que les places sont numérotées. Ce qui n'est pas plus mal! Deuxièmement, il semble que toute hâte dans les enceintes de la salle soit inutile. Pourquoi je m'abstiendrais d'acheter de quoi me rafraîchir et remplir mon estomac alors que la star pour qui j'ai payé 150 $ est déjà sur scène? Troisièmement, ce n'est pas pour rester debout que ces sièges sont là, alors je m'installe confortablement. J'arrête d’énumérer car la liste de tout ce qui m'a frappée risque d'être longue. Mais sachez quand même qu’en tant que fan de la famille Jackson, je ne pouvais tout simplement m'asseoir, croiser les jambes, applaudir après chaque prestation comme si... non, comme si rien! Car, même à la maison, on démontre plus d'intérêt que ça en écoutant un simple CD. Et que dire de l'empressement des spectateurs vers les sorties lorsque la chanteuse dit "goodbye Vancouver"? J'étais juste abasourdie devant ce flot de personnes qui quittaient la salle. Et à ma grande surprise, le concert était bien fini. Donc, aucun rappel, au revoir, on rallume, on démonte la scène et la salle est déjà à moitié vide. Heureusement que le déhanché et le talent des danseurs de miss Jackson continuent de conquérir certains qui se moquaient de gêner ceux avaient décidé de ne pas se fatiguer les jambes.

 Cependant, le pire demeure lors du concert de Céline Dion. Le 21 octobre était supposé êtrecéline.JPG la rencontre, la concrétisation d'un rêve d'adolescente. Je m'étais préparée à vivre une soirée riche en émotions. L'effervescence était à son comble lorsque Céline est arrivée sur scène. Mais, une fois de plus, la déception provoquée par le public a affecté le degré de mon enthousiasme. Seuls quelques fans inconditionnels chauffaient la salle par une réelle démonstration de leur joie. Autrement, Céline devait constamment rappeler à ses spectateurs que nous étions là pour nous amuser et qu'il fallait se lever, se laisser entraîner par le rythme de la musique. Se lever... Malheureusement, le public  donnait l’impression d’être dénué de cet instinct. Alors que le concert constituait un réel spectacle, avec tous ses atouts. Indéniablement, Céline s'est améliorée. Des chorégraphies originales, une mise en scène digne de son succès. Las Vegas et Franco Dragone ont transformé cette voix en lui dotant de tous les talents scéniques. Une première rencontre que j'ai hâte de revivre tant le souvenir de l'ambiance belge m'a submergée. Par ailleurs, la retenue du public semble être contagieuse. Serais-je en plein processus d'acculturation?

Giants.JPGLa troisième déception a eu lieu le 1er novembre dernier lors de la rencontre des Giants (équipe de hockey de 2e division de Vancouver) avec Brandon. Les scènes de violence de ces rencontres sont légion. Bien que l’on préfère que celles-ci ne se déplacent pas dans les gradins, la tension de la confrontation n'était palpable que sur la glace. Car le public, quoique chauffé par la mascotte des Giants et des pom-pom girls, n'encourageait que timidement ses joueurs. Nous étions tout un groupe de jeunes gens de par le monde, et nous avions décidé de faire du bruit, d'exprimer ce que le jeu de ces 10 hockeyeurs sur patins provoquait en nous. Comme vous pouvez l'imaginer, plusieurs regards interloqués se sont tournés vers nous. Parfois avec des sourires agréablement étonnés et d'autres fois horriblement perplexes.

Je ne m'avancerai pas en disant que c'est toujours aussi gentiment que toutes ces manifestations se déroulent. C'est pourquoi, je veux assister à un match de hockey de première division. Je reste convaincue que les Canucks (équipe de Vancouver) transcendent les supporters, dévoilent leur passion. Car, toute la ville vibre les soirs de match. Les bus affichent des messages d'encouragement "Go Canucks Go", des drapeaux flottent "We are all Canucks", les serveurs et serveuses n'hésitent pas à vêtir des maillots de l'équipe, sans compter le nombre de passants qui déferlent les rues du centre-ville arborant les couleurs bleu-blanc-vert. C'est tout simplement magique de voir une population soutenir autant son équipe. D'où ma conviction qu'une performance des Canucks modifiera ma perception.

Malgré tout, je baigne dans cette culture que je voulais connaître et qui m'attire encore et encore. Tout ceci reflète bien ce que l'on nomme le choc des cultures.

Noémie Moukanda

19:19 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Coucou No,

Juste que je te trouve fort tranchée dans tes commentaires...Il s'agit de différences culturelles c'est tout...Ils participent à ces manifestations à leur façon, différente de la nôtre mais il faut se garder de juger et de comparer (ce qui te gardera aussi d'être malheureuse dans ton expérience).
A Londres non plus, on ne rappelle pas les artistes. On applaudit et on s'en va.
Tu ne retrouveras jamais les mêmes ambiances qu'en Belgique parce que tu n'y es plus tout simplement...Il faut savoir accepter la différence...
Maintenant, je t'ai peut-être mal lu, peut-être ne faisais-tu que constater...

Écrit par : julie | 03/11/2008

Les commentaires sont fermés.