Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/01/2010

Journaliste reporter au quotidien

Diapositive3.JPGA quoi ressemble le quotidien d'un journaliste? Première distinction, radio, télévision et presse écrite. Seconde: chaîne nationale ou régionale? Il y en a d'autres mais je me limiterai à ces deux-là et ne parlerai que de l'audiovisuel au niveau régional pour vous introduire dans mon univers professionnel vancouvérois.


Je vous passe le réveil, la douche, les transports en commun, etc. Allons droit au but!

Je suis censée être à la salle des nouvelles (traduction : au bureau) à 9h00 (oh j'entends vos ricanements!). A 9h15, réunion d'affectation. Nous sommes en moyenne trois journalistes autour de l'affectatrice. Mais plus au total pour un JT, oups TJ (ndlr: téléjournal), de 60 minutes.

Le plus souvent, l'affectatrice a déjà en tête à qui confier tel ou tel sujet. Cependant, il arrive qu'on lui soumette notre préférence. Et parfois, on a une idée de reportage qui doit néanmoins être approuvée.

Dix minutes plus tard, le travail devient plus solitaire. L'heure est à la recherche. Je prends connaissance du sujet, surfe sur la toile, consulte les archives de Radio-Canada. Bref, je dois tout passer au peigne fin car, contrairement aux autres, je fais toujours connaissance avec la belle Colombie-Britannique. De fait, je ne maîtrise pas encore son histoire, ses aventures et ses acteurs.

Très vite, je passe les premiers coups de fil. Ah, on ne fait pas du journalisme sans entrevue! Aussitôt le premier entretien bouclé, accompagné du caméraman, je saute dans la "van", comme on dit par ici. En route, je suis souvent pendue au téléphone. Il faut faire le suivi des messages laissés sur les répondeurs, trouver d'autres interlocuteurs et rester en contact avec la salle des nouvelles.

Mes entrevues se font à 70% en anglais. Pas facile d'avoir des intervenants francophones dans une ville, province, où la communauté francophone ne représente que 1,6%!!! Mais le français reste privilégié face à l'anglais.

L'idéal, c'est de rentrer au bureau avec trois entrevues. Mais ce n'est pas toujours le cas, alors deux font souvent l'affaire. Et pour bien faire son affaire, il faut être de retour vers 13h30 au plus tard. Après, surtout pour une débutante, c'est le stress et le rush assurés.

Une fois que j'ai retrouvé mon bureau, je me connecte à DTV, programme télé. Je dérushe la cassette du tournage qui a été numérisée. On dit souvent "ingestée", un anglicisme barbare dont je ne raffole pas! En même temps, dérusher en est un mais plutôt employé dans les enceintes de l'ULB! Quelle ironie!

Je me mets à la rédaction, cherche des images d'archive si besoin est. Puis je passe à la casserole ;-) Par là, entendez que mon texte passe à la correction. Un chef de pupitre qui apprécie le travail d'une jeune recrue. C'est toujours encourageant à entendre.

Vers 16h-16h30, je vais en montage. On commence par l'enregistrement de la voix. Et la chirurgie commence ou l'accouchement. Quoi qu'il en soit, on doit accoucher d'un beau reportage en 45 minutes. Et s'il y a lieu, un stand-up, ou un in situ pour la conclusion est enregistré.

Ouf, c'est fini vous me direz! Ah, détrompez-vous! La plupart du temps, une version radio est requise pour le lendemain matin. Mais c'est plus simple que lorsque je suis affectée à la radio toute la journée. Mais ça, c'est une autre histoire.

Comme vous l'aurez certainement remarqué, tout va vite et je n'ai que rarement l'occasion de dîner. Lorsque je suis chanceuse, je casse la croûte en travaillant, sinon, c'est reporter au souper.

Bien que le métier de journaliste TV soit stressant, le résultat final est nettement plus apaisant. Une journée quasi typique qui s'achève par la satisfaction d'informer le téléspectateur de ce qui se passe en terre britanno-colombienne.

Noémie Moukanda, Radio-Canada, Vancouver ;-)

04:28 Publié dans Rédaction | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

J'ai regardé mon 1er TJ l'autre jour (après 10 mois) et j'ai eu la chance de tomber sur un de tes reportages.
Très professionnelle!

Écrit par : Carole | 27/01/2010

Bonjour Madame Moukanda :),

J'aimerai d'abord vous féliciter pour le travail auquel vous vous employez, je trouve cela vraiment passionnant. D'autre part, j'aimerai attirer votre attention sur mon école La cité collégial d'Ottawa, qui a été choisie pour alimenter Vancouver d'agents de sécurité francophones dont moi-même pour aider à assurer une sécurité optimal durant les Jeux Olympique. Nous sommes le seul établissement collégial francophone dans l'est du pays à participer à cette aventure avec un effectif 400 élèves de plusieurs programmes déployé. Il y a des jeunes qui étudient en technique policière (mon programme), en photographie, en soins paramédicaux et j'en passe. La chaine de télévision CTV est d'ailleurs venu tourner un reportage dans notre école à cette effet. J'ai pensé que cela pourrait peu être intéressera ma journaliste favorite. Si c'est le cas, n'hésité pas à m'envoyer un email et je me ferais un plaisir de vous mettre en contact avec les directeurs des services policiers de mon écoles qui sont déjà à Vancouver.
Mon email : christian.mkd@gmail.com

Écrit par : christian moukanda | 04/02/2010

Les commentaires sont fermés.