Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/01/2010

Les vieilles amours

Décidément, au vu de mon assiduité sur la toile notamment, l'adaptation semble bien difficile. Promesses non tenues, difficulté à dégager du temps pour les activités que j'affectionnais.

La faute à qui? Je me déresponsabilise peut-être mais je dirais que s'adapter à une culture anglosaxonne, ou autre d'ailleurs, est loin d'être aisée. Du coup, j'ai négligé l'écriture, tant électronique que sur papier. Eh oui, le clavier nous permet toutes les libertés mais jamais je ne me détournerais de la bonne et vieille feuille blanche et de l'encre bleue. Mais le sort s'est abattu sur nombre de mes centres d'intérêts.


Je disais donc, pas évident de s'adapter. Et je l'observe par toutes les habitudes que j'ai abandonnées ou du moins qui n'en sont plus car elles sont devenues occasionnelles.

Un exemple... ils sont pluriels. Aléatoirement, le sport. Ah heureusement que ma silhouette d'athlète ne me trahit pas encore! Parce que s'il fallait comptabiliser le nombre d'heures passées en salle ou à m'exercer, j'ai bien peur que la note soit inscrite en rouge et que je doive repasser l'examen. Mais l'année nouvelle, et son lot de résolutions, a apporté plus de détermination et je compte bien m'y tenir. A vrai dire, mon corps ne me laisse pas d'autre choix. Il n'est pas habitué à un rythme aussi lent et c'est à cor et cri qu'il me manifeste tous les jours sa souffrance.

Les tâches ménagères... Bah, me direz-vous! Cependant, quiconque me connaît, peut témoigner de ma maniaquerie. Certains, en me voyant traîner des pieds pour le repassage, pourraient s'interroger sur mon état mental... C'est grave docteur? Notre Nono va-t-elle bien? D'autres pourraient y trouver là un diagnostic plutôt positif vu que ce comportement leur semblait un peu pathologique. Je ne citerai personne mais je sais que plus d'un l'ont pensé ;-)

En général, les moments d'inactivité multiples et répétitifs indiquent que l'adaptation a encore du chemin à faire. Je ne m'inquiète pas trop non plus sachant que je ne suis à Vancouver que depuis seize mois et que d'après les expériences de plusieurs personnes que j'ai rencontrées, on se sent vraiment intégrée et adaptée après deux, trois voire onze ans!!!

Toutefois, l'écriture est sans doute la première à pâtir de cette adaptation à moitié réussie.

Autant j'apprécie, reportage après reportage, l'audiovisuel autant l'écriture, qui a toujours été mon refuge, me manque... tel un amant abandonné pour d'autres contrées. Je parle de l'écriture où la simplicité n'est pas obligatoire mais nécessaire, où une phrase peut se vêtir de tous les artifices possibles sans subir le terrible sort de la touche "delete". Où litote, métonymie, ironie, hyperbole, euphémisme ou autre ellipse ont droit de cité. Aaah quel plaisir les figures de style!

Vous savez, cette liberté de tout coucher, d'exprimer les émotions ressenties, les observations faites, sans restriction, sans autocensure. J'y réfléchis inlassablement... Retrouver mes vieilles amours. Et pour que la communion soit parfaite, faudrait sortir des sentiers battus, retrouver l'indépendance éditoriale que la coupe d'une institution ne permet guère. Car le format audiovisuel que j'expérimente n'est pas le meilleur pour exprimer mes idées et créer un forum de débat pour ceux qui partagent les mêmes intérêts.

J'y pense mais l'actualité demeure informative et la romance n'est qu'à ses prémices. Les vieilles amours ne sont pas perdues pour autant. Un jour où l'autre les retrouvailles ont lieu et la magie n'en est que plus grande.

Noémie

02:31 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.